Jolie Maman, tu es merveilleuse

Jolie Maman La Testeuse

Je suis une « non-parent ». Je suis fatiguée et occupée à ma façon. Je suis aussi une amie. L’amie de la Jolie Maman, fatiguée et occupée à sa façon. Les parents et les non-parents, c’est l’ultime débat qui ne finira jamais. Quand je regarde ma vie, je me dis que finalement, on a besoin l’une de l’autre. Parent, tu m’inspires dans ton organisation obligée, tu me permets de vivre des relations privilégiées avec tes enfants et tu me montre que tout est possible quand on le veut. De mon côté, je peux t’offrir un refuge quand tes oreilles bourdonnent de cris aigus, te rappeler de relaxer quand tu crois être le pire parent du monde et t’accompagner pour revivre de courts moments de non-parent.

Quand on se parle au téléphone et que tu dois gérer des larmes, des demandes et des dégâts, ça ne me dérange pas. Continue de m’appeler: j’aime ça.

Quand on passe du temps ensemble et que tu dois te lever 30 fois pour mettre ton petit ange au lit, c’est correct, je ne t’en veux pas. J’en profite pour remplir ta coupe ou réchauffer ton café.

Quand tu te sens mal d’avoir mis une pizza congelée au four pour ta famille ou que tu n’as pas atteint ton quota quotidien de portions de fruits et légumes, je ne te juge pas. Moi, hier, j’ai mangé des céréales pour ne pas salir de vaisselle.

Quand tu annules notre sortie parce que tes enfants sont malades, je ne suis pas fâchée. J’ai surtout de la peine pour toi en me disant que tu seras peut-être la prochaine victime des petits nez qui débordent.

Quand tu me parles de couches lavables ou de cours de natation, je ne suis pas toujours aussi excitée que toi. Par contre, saches que ça me fait plaisir de voir dans tes yeux que tes petits mousses sont ta plus belle réalisation.

Quand tu regrettes de ne pas avoir passé de temps à faire une activité éducative structurée avec ton enfant après ta journée de travail, je t’admire toujours autant.

Quand tu vas m’annoncer que tu voudrais juste partir sans le dire à personne parce que tu es à bout de nerfs, ma valise sera déjà prête. Bien entendu, je vais cacher ma déception quand je constaterai que ce n’était qu’une façon de parler.

Il faut quand même que je te dise que des fois, Jolie Maman, j’ai peur pour toi. Les standards de perfection auxquels tu te compares sont trop lourds et j’ai peur que tu t’oublies. On vit dans un monde dans lequel on publie le beau et dans lequel le laid, on le cache dans notre maison. Je veux que tu t’en rappelles à chaque fois que tu vas te comparer à la maman qui te semble si parfaite. J’aimerais tellement que tu puisses vivre la vie de maman dont tu as tant rêvé sans te torturer avec la pression de performer comme un athlète olympique. Tu sais que je ne néglige jamais d’être franche et directe avec toi Jolie Maman, alors je vais te le dire. Tu n’es pas parfaite et tu ne le seras jamais. Si un jour tu le deviens, je vais vraiment être triste car tu ne voudras probablement plus de moi. Si tu deviens parfaite, on va faire comment pour se prévoir des rêves d’exil imaginaire? Si tu travailles 8 heures, que tu t’entraînes 2 heures, que tu cuisines frais et bio durant 2 heures, que tu nettoies la maison durant un autre 2 heures, que les devoirs sont faits et que tout le monde est propre, quand est-ce que tu vas passer du temps collé avec ton enfant dans un lit défait, à rire et à lui dire combien c’est le plus beau? Quand est-ce qu’on va prendre un verre en vêtements mous pour ventiler sur nos vies imparfaites et rire jusqu’à en pleurer? Tu vois bien que ce n’est pas possible d’être parfait. Et si certains y arrivent (ou tentent de te faire croire qu’ils y arrivent), appelle-moi, entre deux dégâts, je serai toujours là pour te ramener à l’ordre. Jolie Maman, je suis fière de toi. J’aime tes imperfections parce que c’est elles qui me démontrent qu’on vit sur la planète. J’aime être imparfaite avec toi parce que c’est drôle. Mais par-dessus tout, je te reconnais toi, comme femme, comme maman et surtout comme amie. Jolie Maman, tu es parfaite… à mes yeux!

 

 

 

 

 

 

 

Commentaires

commente

Suivez-moi